Cinémanima

Trois conceptions de systèmes intégrés pour Cinémanima: 

Maniwaki:

Pour le Centre d’interprétation de l’historique de la protection de la forêt contre le feu. Un système simple de diffusion vidéo HD avec contrôle d’éclairages.

Grandes-Bergeronnes:

Pour le centre Archéo Topo. Un système de diffusion vidéo à deux écrans avec un contrôle complexe d’éclairages sur tulles.

Maison Déry:

À Portneuf. Une exposition basée sur un jeu complexe d’éclairages sur tulles.

Images Invisibles au FC3A

On ne peut nier l’apport important du son dans le développement du cinéma depuis que celui-ci n’est plus muet. Son pouvoir évocateur et narratif a modifié et enrichi considérablement le septième art. Pourtant, il se manifeste sans qu’on en tienne réellement compte, en transparence, modifiant notre lecture de l’image de façon inconsciente. Il vaut donc la peine de l’isoler pour voir de quoi il en retourne! Si le cinéma a su se passer de son, peut-il se passer d’images? Ce serait prétention, voire hérésie, diraient certains, mais c’est tout de même le défi lancé à plusieurs concepteurs sonores de tout horizon, qui vous en mettront plein les oreilles avec une programmation de court métrages… aveugles!

Présenté dans le cadre du Festival de cinéma des trois Amériques, cette “projection” spéciale aura lieu le 27 mars à 19h au Cinéma Cartier, 1019, rue Cartier, Québec 418-522-1011

Cliquer ici pour les détails…

Mille & une vies

Dans la foulée du choc vécu lors des attentats du 11 septembre 2001 à New York, alors qu’elle y effectuait un séjour, Ariane Vega commence ses premières créations en danse.


À travers un langage très personnel, son art fusionne les danses de divers horizons pour en révéler les similitudes et les contrastes. Baladi (danse orientale), bharata natyam (danse indienne), flamenco (danse espagnole) et danses latines se fondent ainsi, dans le creuset de la danse contemporaine. Cette intégration d’une gestuelle inspirée des danses d’autres cultures fait de Mille et une vies une œuvre tout aussi contemporaine qu’accessible. On y retrouve une interprétation de la relation qui existe entre l’impalpable contenu de l’esprit humain et son contenant, le corps, capable à la fois d’exprimer ou de taire ce contenu par la danse, peu importe sa couleur culturelle. Une danse qui se déploie avec intensité vers un public séduit par le charme charismatique d’Ariane Vega. Durée : 45 minutes approx.